Voici des nouvelles de vos paysans de famille, comme on dit dans le réseau des AMAP!

Bon ces derniers mois, on vous a habitué à nous plaindre, suite aux calamités diverses et variées cette année, venues d’en haut.

En terme de conséquences, vous avez noté quelques bizarreries, comme le pic de production des tomates le 5 septembre… mais jusque ici rien de bien méchant. Alors vous avez du vous dire, ah ces paysans, Sarah Bernhardt à coté c’est des larmes de crocodile! Et saperlipopette les voilà qui remettent le couvert! Flute alors!

Oui mais voilà, là ça ne rigole plus. Pour vous resituer dans le calendrier maraicher, il faut vous imaginer un trait (la saison) avec un milieu ( le 15/06). En général, ce qu’on sème le plus tôt avant ce milieu de saison, se mange le plus tard par rapport à ce point. Cette année, la calamité s’abattit jusqu’au 20 juin à peu près, si on ne compte pas la sécheresse caniculaire d’aout. Bref, les légumes qu’on trouve le plus tard en saison (oignons, poireau, courges, patates, carottes) sont ceux qui ont le plus subi les aléas du climat. Il se trouve qu’ils sont un tantinet capitaux dans la construction du panier hivernal…

Donc voilà on arrête de tourner autour du pot, il va y avoir des arrêts de distributions et c’est difficile pour nous de les prévoir.

2 cas:

-tout de suite, maintenant; dans le champs nous n’avons pratiquement que des légumes d’été tomates, aubergines, poivrons, courgettes. Cette dernière semaine, cela à eu beaucoup de mal,à murir… si le soleil se montre un peu plus, cela ira, mais s’il fait gris, avec les jours qui raccourcissent à vu d’œil c’est un arrêt de distrib: nous ne pourrons vous prévenir qu’au dernier moment.

-quand on aura récolté les legumes d’hiver ; pour certains ayant subis le trop d’eau pour d’autres semés tardivement (voir messages précédent), on pourra mesurer l’étendue des dégâts et planifier des arrêts de distributions ou pas.

Nous cherchons des solutions pratiques pour éviter les arrêts ou les tout petits paniers.Par exemple, des produits de remplacement: du boulgour d’épeautre, plus de lentilles, des échanges de legumes avec d’autres maraichers… Nous mettons en route beaucoup de legumes feuilles mais nous n’avons pas de baguette magique hélas.

A noter que nous avons fermé notre « vente à la ferme »du samedi matin afin de prioriser la constitution des paniers AMAPs qui sont déjà payé. Merci à vous, clients du montois pour votre compréhension et à bientôt.

Évidement, on est très mal à l’aise vis à vis des nouveaux qui n’ont pas connus les belles saisons consécutives jusqu’ici… Néanmoins, une des raisons d’être des AMAP est de limiter l’impact des aléas climatiques sur le revenu des paysans pour que nous vous faisions pousser de la nourriture en prenant le risque de la qualité… Nous y sommes… Si ce n’est pas clair, n’hésitez pas une seconde, venez nous poser des questions, demandez nous des explications (cg@chaillois.fr) .

Merci à chaque bureaux et collectifs de relayer cette infos et de la faire vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *